Santé : André Laignel et Dominique Roullet apportent leur soutien au bassin de vie du Blanc
André Laignel appelle à la mobilisation des élus socialistes et républicains.
Issoudun, avancées de l'enquête : la réaction d'André Laignel
André Laignel s'adresse à Gérard Collomb, ministre de l'intérieur
1
2
3
4
Avenir et enjeux pour nos communes
Posté le 23 Mars 2012
"30ème anniversaire des lois de décentralisation dans le débat public : quelles propositions pour l'avenir de nos communes ?"
Toutes les mémoires auront le "droit de Cité" au Centre de la Mémoire
Posté le 16 Mars 2012
Les travaux du Centre de la Mémoire ont débuté en février, après la période de grand froid. Ils dureront un an.
C’est l’avenir de nos enfants qu’on sacrifie !
Posté le 16 Mars 2012
Demain, samedi 17 avril, je serai aux cotés des enfants d’Issoudun, de leurs parents et de leurs enseignants pour refuser la suppression de 11 postes dans les établissements publics de notre ville. Je donne donc rendez-vous à tous les citoyens d’Issoudun, jeunes, familles, enseignants, élus … à l’Ecole Jean Jaurès à partir de 10 h.  Car il ne s’agit plus, là, d’une nouvelle saignée, encore plus franche. C’est bien plus grave ! Ce qui est programmé, c’est bel et bien une fracture de l’égalité des chances, une dégradation du service public d’éducation pour tous. Demain matin, les parents d’élèves, soutenus, je n’en doute pas, par bon nombre d’Issoldunois, procèderont à l’enterrement symbolique de l’école maternelle Jean Jaurès. Un convoi mortuaire rejoindra en fin de matinée le cimetière d’Issoudun. Cette mise à mort de l’avenir de nos enfants, c’est bien entendu le résultat d’une politique gouvernementale soutenue par les députés et sénateurs locaux de droite qui ont voté pour 2012 la suppression de 413 postes dans l’Education nationale en région Centre, après les 400 déjà disparus à la rentrée de 2011.
André Laignel parraine François Hollande
Posté le 01 Mars 2012
Dans un article en date du 29 février 2012, la Nouvelle République du centre Ouest titre : "Laignel : Je trouve que la passoire est déjà large !”. André Laignel évoque le débat sur les 500 signatures nécessaires pour tout candidat à la présidentielle qui est clos et pourtant, le problème reste entier. Qu’en pense A. Laignel ? Le Secrétaire général de l'AMF répond aux questions d'Emmanuel Bedu. Il est visiblement de plus en plus difficile pour les petits candidats à la présidentielle de trouver les cinq cents signatures. Le secrétaire général de l’Association des maires de France trouve-t-il cette situation normale ? Je ne suis pas sûr que ce soit plus difficile mais c’est le même débat à chaque fois. On pense qu’il y aura une dizaine de candidatures et c’est dans la moyenne des élections. Mais c’est vrai qu’il y a eu davantage de demandes, cette fois. Personnellement, j’en ai reçu une cinquantaine ! Que pensez-vous de la décision du Conseil constitutionnel qui a dit non à l’anonymat des signatures ? Elle était imparable. Il y a les textes et le Conseil constitutionnel s’est contenté de donner une leçon de droit .
"Les collectivités locales sont une chance, Monsieur le Président..."
Posté le 09 février 2012
Demain, vendredi 10 février, je participerai, en tant que  Secrétaire général de l’Association des Maires de France et Président de l’Observatoire des Finances Locales, à la Conférence Nationale sur les finances locales. Cette réunion de travail, présidée par le Chef de l’Etat, réunira à l’Elysée deux représentants des maires, deux représentants des Conseils généraux, deux représentants des Conseils régionaux et les Présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Au moment où le Comité des Finances Locales lors de sa séance de mardi 7 février a été caractérisé par la répartition de la pénurie budgétaire et le recul des dotations de l’Etat, et, face au Président de la République, qui considère les collectivités locales et territoriales comme un fardeau, je défendrai au contraire l’idée que nos collectivités, parce qu’elles répondent aux attentes de nos concitoyens, sont une chance pour la France ! André LAIGNEL  
Lettre ouverte au Ministre de la Santé
Posté le 08 février 2012
Ce matin, à l'Assemblée Nationale,  avec François BONNEAU, Président de la Région Centre, Michel SAPIN, député de l'Indre et Jean-Paul CHANTEGUET, député-maire du Blanc, j'ai signé une lettre ouverte adressée à Monsieur Xavier BERTRAND, Ministre de la Santé, pour sauver le Centre Hospitalier du Blanc, dont la maternité et le service de chirurgie sont menacés. Vous trouverez l'intégralité de notre texte commun ci-après. Tous unis pour défendre le service public de santé, pour une sécurité sanitaire pour tous et partout et pour un boulicer rural immédiat. Tous unis aujourdhui et demain. Rendez-vous à la grande Marche Citoyenne samedi 11 février au Blanc, à 14h30. Le Changement, c'est maintenant. Le Progrès, c'est ici. André LAIGNEL  

Pages