Indre

L'AMEP dénonce la casse des services publics
Posté le 31 Janvier 2012
André LAIGNEL, Président de l’Association des Maires et des Elus de Progrès, Secrétaire général de l’Association des Maires de France a réuni samedi dernier les adhérents de l’Association des Maires et des Elus de Progrès de l’Indre lors de son Assemblée Générale à Châteauroux. Chacune des « cartes » présentées dans l’Indre par ce gouvernement et Nicolas Sarkozy s’est soldé par l'extension du désert médical, judiciaire, militaire, et bientôt scolaire. L’Indre a perdu 1.500 emplois avec la suppression du 517e régiment : 1.000 militaires et 500 emplois induits.
Education à Issoudun, vers une saignée historique !
Posté le 27 Janvier 2012
J’ai reçu aujourd'hui, vendredi 27 janvier, avec Gérard SADOIS, Adjoint aux Affaires Scolaires, Mme Françoise FAVRAULT, l'Inspectrice d’académie de l’Indre. Elle nous a fait part des risques de suppressions de postes touchant Issoudun : - 1 poste à l’école maternelle Jean JAURES - 1 poste à l’école élémentaire MICHELET - ½ poste de soutien à la maîtrise de la langue à l’école élémentaire SAINT-EXUPERY Les deux collèges et lycées publics de la Ville seraient par ailleurs, concernés à hauteur de 8,5 postes supprimés : 3,5 au collège BALZAC; 2 au lycée BALZACet 3 au lycée professionnel D'ALEMBERT. Soit au total une suppression de presque 11 postes à Issoudun. Nous avons dit à Mme l’Inspectrice d’académie notre ferme opposition à ces régressions massives et coordonnées.
Une nouvelle saignée dans les effectifs de l'éducation nationale
Posté le 13 Janvier 2012
D'après les premières informations en provenance du Rectorat sur la préparation de la rentrée 2012, 172 postes seraient supprimés dans le 1er degré et 241 dans le 2nd. Ce sont donc 413 postes qui seraient rayés de la carte scolaire en septembre prochain, s'ajoutant au 400 postes déjà disparus à la rentrée 2011 : soit en deux ans plus de 800 emplois de moins pour l'Education en région Centre. C'est bien entendu la conséquence régionale des 14 000 postes supprimés nationalement par le gouvernement et votés par la majorité UMP.
La liberté de conscience n'est pas négociable
Posté le 19 Novembre 2011
Dans une lettre envoyée le 18 novembre, André LAIGNEL, Maire d'Issoudun et Président de l'Association des Maires et Elus de Progrès de l'Indre, rappelle au Préfet du département que la "liberté religieuse'" n'a aucune valeur aux yeux du droit français et que surtout, elle n'a pas le droit de cité dans notre République laïque. Il lui demande en conséquence, de rectifier l'intitulé d'une conférence organisée par les services de l'Etat, réaffirmant ainsi son attachement à la liberté de conscience et à son scrupuleux respect.                          Monsieur le Préfet,                                   Vous avez souhaité installer une conférence départementale dite « de la laïcité et de la liberté religieuse » le 6 Décembre prochain. Cette réunion fait suite à la publication d’un « code de la laïcité et de la liberté religieuse » initié par Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités locales et de l’Immigration.                            Je me permets de vous rappeler que seul le Parlement peut se livrer à un exercice de codification. Le document évoqué est, à mon sens, un recueil et non un code. L’initiative, dont vous avez la charge, pose d'autre part, sur le fond un grave problème. Le vocable « liberté religieuse » ne renvoit à aucun concept ; il n’existe pas en droit français. Il a toujours été rejeté par les républicains lui préférant, notamment dans la loi de 1905, celui de « liberté de conscience » qui est plus universel parce qu’il reconnaît la liberté de croire –ce que vous appelez la liberté religieuse- et la liberté de ne pas croire, d’être athée ou agnostique, ce qui concerne la majorité de nos concitoyens d’après de récentes enquêtes..."
Avenir et enjeux du territoire en débat
Posté le 26 Octobre 2011

Pages